Actualités

Accusé de tous les maux, faut-il sauver le marketing ?

Posté le 27 janvier 2021 par

 

Une remise en cause radicale du marketing et de la communication par une chercheuse qui les enseigne. Ces métiers peuvent-ils servir un autre monde ?

Marketing et com sur le banc des accusés…

De jeunes activistes sur TikTok éteignant les enseignes de magasins, la convention citoyenne demandant l’interdiction des publicités sur les produits émetteurs de gaz à effet de serre et la régulation de toute publicité incitant à la surconsommation, des happenings pour entraver les soldes … le marketing et la communication entrent en conflit avec leur époque. Dégradation de la planète, sexisme, créateur d’addictions, complice d’exploitation humaine, des grosses ficelles auxquelles le public ne croit plus, une gêne, voire une honte d’exercer ces métiers jadis flatteurs…

Pourtant ces pratiques sont clés dans la promotion d’un autre monde. Mais il ne suffira pas d’un petit coup de peinture verte pour les sauver, une réforme radicale s’impose, sans naïveté ni manipulation, sans complaisance ni faux semblant.

Ce livre est un manifeste, un appel aux (futurs) professionnels de la communication et du marketing.

Une proposition à contre-courant : au lieu de faire profil bas, prendre un rôle central.

Florence Touzé fut l’une des premières à remettre en cause sa discipline pour la faire évoluer. Elle propose de passer d’un métier sous le feu des critiques à une discipline utile et constructive, d’oublier le marketing commercial de bout de chaîne, pour en faire la pierre angulaire de l’implication, un marketing de fondation.

Le marketing implicatif est une remise en cause du marketing, de son rôle au sein de l’entreprise. Il bouleverse la pyramide de Maslow, accompagne un consommateur impliqué, construit des contrats de marque exigeants. Il pose les bases de nouveaux liens entre l’entreprise et ses publics. Cette remise en cause est nécessaire, exigeante, difficile, mais ô combien enthousiasmante.

Quand le marketing obsolète nous précipite dans le consumérisme destructeur, le marketing implicatif propose un cercle vertueux respectable, au service d’un autre monde, un métier dont on pourra être fiers.

Florence Touzé est professeure, chercheuse, responsable de chaire à la Faculté Audencia. Après un parcours en agence, elle a choisi la transmission. Elle est jury et intervenante reconnue dans l’écosystème communication et marketing responsable.

 

Page du livre, avec son sommaire >>   « Marketing, les illusions perdues  » de Florence Touzé – Une nouvelle édition enrichie , Sortie le 28 janvier

Images de contexte… merci à Naomi Klein, Le Canard Enchainé (très vieux), les revues de l’Adn.